Carte de France

Carte de la guerre de cent ans à l'époque de Jeanne d'Arc

Chercher une commune, un code postal, un lieu...
J'aime CartesFrance.fr !

Carte de la guerre de cent ans à l'époque de Jeanne d'Arc en 1429



Recherchez un code postal, une commune, un département en France...
Et trouvez informations, cartes, plans, hôtels et hébergements, photos, météo, ... !
 


J'aime cette
carte de France !
 
 

Carte du royaume de France en 1429

Voici la carte du royaume de France en 1429 durant la guerre de cent an à l'époque de Jeanne d'Arc. Le 29 avril 1429, Jeanne entre dans Orléans en siège. Ce sera une bataille phare, capitale, suivie par toute l'Europe.



Mort de Charles V et débuts de Charles VI 1380-1392

En septembre 1380, âgé de 42 ans Charles V de France meurt. Son fils de douze ans seulement devient le roi Charles VI de France. Le règne du jeune roi, très populaire, s'annonce aussi positif que celui de son père, lorsque, pendant une expédition punitive contre le duc de Bretagne, il tombe « malade », selon les dires de l'époque. En effet, il est alors pris à partie par un individu qui lui aurait dit : « Sire, vous êtes entourés de traîtres, vos compagnons veulent votre mort ! ». Le roi Charles, dans un accès de démence, dégaine son épée et se rue vers ses écuyers. Il faut plusieurs hommes pour le maîtriser. Le sombre épisode du bal des ardents, quelques mois plus tard, achève de le déstabiliser psychologiquement. À partir de 1392, Charles VI est pris de folie par intermittence, selon un cycle de crises suivies de « rémissions » plus ou moins longues, durant lesquelles il retrouve tous ses moyens intellectuels. Cependant, avec l'âge, les crises deviennent de plus en plus violentes et longues, et les rémissions de plus en plus brèves.



Reprise du conflit

La reprise du conflit trouve ses origines dans différents facteurs. En premier lieu, France comme Angleterre connaissent des luttes pour le pouvoir. En Angleterre, c'est avant tout les revers contre la France qui entraînent un changement dynastique: après un long conflit, Henri IV de Lancastre s'impose comme roi. En France, la folie de Charles VI entraîne la mise en place d'un conseil de régence présidé par la reine. Le pouvoir réel est partagé par les grands du royaume (Louis d'Orléans, chef de file des Armagnacs et Jean sans Peur duc de Bourgogne, le duc de Berry étant plutôt un médiateur entre les deux premiers).

Par la suite, le fils d'Henri IV, Henri V, revendique l'héritage de Guillaume le Conquérant et des Plantagenêts: la Normandie et l'Aquitaine. Il décide d'attaquer la France afin d'unir sa noblesse contre un ennemi commun. On lui propose l'Aquitaine et la main de Catherine, fille du roi richement dotée, mais on lui refuse la Normandie. En 1415, il se proclame roi de France et débarque à Chef de Caux, près de la future ville du Havre avec 13 000 hommes. Cependant la dysenterie qui frappe son armée l'oblige à reporter ses rêves de conquête et regagne l'Angleterre via Calais.

Face à ce danger, Armagnacs et Bourguignons, les deux partis qui se disputent le pouvoir en France, font une trêve pour faire face. L'armée française rattrape Henri V en Picardie. Au moment crucial, les Armagnacs rechignent à laisser le commandement au duc de Bourgogne qui retire ses troupes: les Français ne sont plus que 20 000. La chevalerie française paie une nouvelle fois ses insuffisances tactiques et la faiblesse de son commandement : les Anglais taillent alors en pièces la fine fleur de la noblesse de France à Azincourt.

Depuis lors, Armagnacs et Bourguignons s'opposent alors dans une véritable guerre civile et ne luttent guère contre les Anglais. Les Anglais peuvent prendre Paris en 1419. Une médiation est tentée entre Armagnacs et Bourguignons, et le duc de Bourgogne et le dauphin se rencontrent sur le pont de Montereau le 10 septembre 1419. Mais, lors de l'entrevue, Jean sans Peur est assassiné par des proches du dauphin pour qui un accord avec les Bourguignons est inacceptable. Le dauphin est accusé d'être le commanditaire et les conséquences sont catastrophiques pour les Armagnacs. Philippe le Bon, fils de Jean sans Peur, s'allie alors ouvertement aux Anglais, et fait signer le traité de Troyes de 1420 à Charles VI, définitivement fou. Le dauphin est déshérité, Henri V épouse la fille de Charles VI et devient l'héritier du royaume de France. Henri V est régent de France en 1421. En 1422, Henri V et Charles VI meurent. Henri VI, fils d'Henri V, se retrouve alors roi de France et d'Angleterre, mais mineur, le conflit s'arrête momentanément.

En 1428 les Anglais reprennent les armes, et mettent le siège devant Orléans le 12 octobre. C'est dans ces circonstances qu'intervient Jeanne d'Arc. Le dauphin Charles VII est extrêmement affaibli, seul un signe divin pourrait effacer les rumeurs de bâtardise et le légitimer.



Jeanne d'Arc

Il se dit dans le royaume qu'une pucelle envoyée par Dieu, venant du duché de Lorraine a reconnu miraculeusement le vrai roi de France à Chinon. Calculateur, le dauphin (Charles VII) accepte d'envoyer Jeanne d'Arc à Orléans, qu'elle propose de délivrer comme preuve de sa bonne foi, avec un convoi de ravitaillement. En cas de victoire, il verrait légitimée sa revendication au trône de France en cas de défaite, personne ne se souviendrait de cette paysanne et sa cause serait de toute manière perdue.

Le siège d'Orléans est une bataille phare, capitale, suivie par toute l'Europe. Le 29 avril 1429, Jeanne entre dans la ville. Le 4 mai, une des bastilles anglaises (construites pour le siège) est prise. Les jours suivants, une seconde, puis une troisième. Le 8 mai, les Anglais se rangent en ordre de bataille. Jeanne interdit à l'armée française d'engager le combat, car c'est un dimanche, un jour sacré pour les chrétiens. Les Anglais lèvent alors le siège. Cet évènement fait l'effet d'une véritable bombe en Europe : le contraste est saisissant entre la lenteur du siège et la vitesse à laquelle il est levé dès l'intervention de Jeanne. Les contemporains croient y voir un miracle. Du côté français comme du côté anglais, la propagande fait rage, invoquant dans les deux cas le surnaturel, bon ou mauvais.

Jeanne désire ensuite marcher sur Reims, projet difficilement réalisable, la ville étant en plein pays bourguignon. Charles VII aurait pu être sacré à Orléans, cependant l'impact psychologique d'un sacre à Reims serait bien plus important, car il serait interprété comme un nouveau miracle, preuve de la légitimation divine du dauphin. La bataille de Patay, victoire française, ouvre les portes de Reims, où Charles VII est sacré roi de France. Cela coupe l'herbe sous les pieds à Henri VI qui ne put être sacré qu'à Notre-Dame de Paris en 1431. À partir de ce moment, l'influence de Jeanne dans le conflit est plus faible : elle n'est plus soutenue par Charles VII qui, une fois sacré, souhaite ménager les ecclésiastiques pour assoir sa couronne. Elle échoue devant Paris en 1429. Elle est envoyée dans le Berry puis capturée en 1430, à Compiègne, par Jean de Luxembourg. Charles VII l'abandonne. Son procès est confié à l'évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, proche des Bourguignons, et est brûlée par les Anglais à Rouen, le 30 mai 1431. Cette manœuvre permet de ne mettre en cause directement ni les Bourguignons, ni le Pape, dans ce qui est perçu à l'époque par beaucoup comme le martyre d'une sainte. Le régent anglais fait couronner en hâte Henri VI à Paris le 16 décembre 1431, mais c'est trop tard : les Anglais sont perçus comme des occupants et les soulèvements se multiplient.



Fin du conflit

À partir de 1431, la situation politique et militaire des Anglais se dégrade. La haine des Anglais entraîne de nombreux soulèvements et aide Charles VII dans la reconquête. En juillet 1453, une écrasante victoire remportée par les français sur les Anglais est décisive. En octobre 1453, au château de Montferrand, près de Bordeaux, était signé le nouveau traité qui donnait pour toujours la Guyenne à la France. Aucune paix n'est conclue, mais il n'y a plus de combats sur le continent entre les deux pays après cette date qui marque la fin du conflit avec les anglais.

Par contre le conflit durera encore quelques années contre l'état bourguignon. Le roi Louis XI mènera contre le menaçant Charles le Téméraire une guerre feutrée jusqu'en 1477 ou Charles le Téméraire, vaincu par les Suisses, trouve la mort à Nancy. Calais reste anglaise jusqu'en 1558.




Légende de la carte

Carte du royaume de France en 1429 durant la guerre de cent an à l'époque de Jeanne d'Arc
  •      Territoires contrôlés par Henri V
  •      Territoires contrôlés par le duc de Bourgogne
  •      Territoires contrôlés par le dauphin Charles
  •      Principales batailles
  •       Raid anglais de 1415
  •       Itinéraire de Jeanne d'Arc vers Reims en 1429


Voir les autres cartes

Publicité





Imprimer

Carte de la guerre de cent ans à l'époque de Jeanne d'Arc
carte guerre cent ans Jeanne d'Arc 1429
  Carte du royaume de France en 1429 Auteur: Aliesin CC-by-sa-3.0 [source]


Revenir aux menus : 










Rejoignez l'actualité Carte de France sur Facebook et Google+ :


 






Carte de France | Region | Departement | Ville | Hotel | Partenaires | Mentions légales | Contact