Carte de France

Carte du royaume de France lors de la première phase de la guerre de Cent Ans

Chercher une commune, un code postal, un lieu...
J'aime CartesFrance.fr !

Carte du royaume de France lors de la première phase de la guerre de Cent Ans



Recherchez un code postal, une commune, un département en France...
Et trouvez informations, cartes, plans, hôtels et hébergements, photos, météo, ... !
 


J'aime cette
carte de France !
 
 

Première phase de la guerre de Cent Ans 1337 - 1364

Voici la carte de la première phase de la guerre de Cent Ans de 1337 à 1364.
La guerre de Cent Ans est un conflit, entrecoupé de trêves plus ou moins longues, opposant de 1337 à 1453 la dynastie des Plantagenêts à celle des Valois, et à travers elles le royaume de France et celui d'Angleterre.

La première phase du conflit fait apparaître une France affaiblie, tant sur un plan politique, avec la contestation du pouvoir des Valois, que sur un plan économique, les brigandages et les pillages s'ajoutant aux maux apportés par les Anglais. De 1337 à 1364, le génie tactique d'Édouard III d'Angleterre entraîne une succession de victoires anglaises sur la chevalerie française. La noblesse française est complètement discréditée et le pays sombre dans la guerre civile. À la suite du traité de Brétigny, une grande partie de la France est contrôlée par les Anglais.



Chevauchées et bataille de Poitiers en 1356

Pour pouvoir continuer la guerre, Édouard III doit rallier les élites, et donc le Parlement, à sa cause. Pour ce faire il était nécessaire de mener des actions victorieuses sur le continent, or à cette époque la France est avec 20 millions d'habitants cinq fois plus peuplée que l'Angleterre. La chevalerie française est la plus nombreuse et la plus aguerrie d'Europe, c'est pourquoi Édouard III n'envisage pas de tenir le terrain où il était facile de perdre crédibilité, armée et même sa propre vie. Les quelques batailles rangées comme celles de Crécy, Poitiers voire Azincourt l'étaient plus par la force des choses que d'une volonté d'affront direct. Édouard III prévoit donc une guerre de pillage qui a le mérite de s'autofinancer. Une des plus célèbres chevauchées anglaises est celle de 1346 : une armée réduite, mobile, avançant sur un front réduit et pratiquant une guerre totale dévastant systématiquement les régions traversées, sans égards pour une population dont le roi d'Angleterre se dit le souverain légitime.

Édouard de Woodstock, fils aîné d'Édouard III, se voit gratifié de la confiance de son père qui lui confie le poste de lieutenant de Gascogne : ainsi commence la première chevauchée menée par le fameux capitaine anglais le "Prince noir". En 1355, le "Prince noir", parti de Bordeaux avec des chevaliers gascons, notamment Amanieu d'Albret, pille la campagne française à travers les comtés de Julliac, d'Armagnac et d'Astarac. Ses troupes commettent de nombreuses atrocités dans la région de Carcassonne. L'été de l'année suivante, le Prince noir revient sur le sol français pour une nouvelle campagne de pillages. Il échoue devant Bourges, mais prend Vierzon dont la garnison est massacrée. Gênée par le poids du butin, sa troupe oblique alors vers l'ouest, puis vers Bordeaux en passant par Poitiers. Jean II le Bon le poursuit avec une armée deux fois plus nombreuse, composée de chevaliers lourds, et le rattrape dans les environs de Poitiers. La bataille de Poitiers a lieu le 19 septembre 1356. Jean II est pris de vitesse par son avant-garde qui attaque sans aucune coordination. Le reste de l'armée française, devant la confusion de la bataille, perd confiance et tourne casaque, et le roi est fait prisonnier avec un de ses fils cadets Philippe qui reste auprès de son père jusqu'à sa capture ce qui lui vaut le surnom de Hardi : c'est un nouveau désastre pour la France.

La bataille de Poitiers n'apporte rien aux anglais sur le plan stratégique mais sur le plan politique la victoire est éclatante, le royaume de France est décapité, le fils de Jean le Bon, le jeune Charles est incapable de reprendre le contrôle du pouvoir. À la tête d'une monarchie ruinée et sans armée il est obligé de laisser chaque région se défendre par elle-même. Du côté anglais, Édouard III a toutes les cartes en main pour négocier d'importantes concessions territoriales et financières.



Légende de la carte

1ère phase de la guerre de Cent Ans
  •      Principales batailles
  •       Chevauchée d'Édouard III (1339)
  •       Chevauchée d'Édouard III (1346)
  •       Chevauchée du Prince noir (1355)
  •       Chevauchée de Lancastre (1356)
  •       Itinéraire du Prince noir (1356)
  •       Chevauchée d'Édouard III (1359-1360)

Voir les autres cartes

Publicité





Imprimer

Carte du royaume de France lors de la première phase de la guerre de Cent Ans 1337-1364
carte france guerre cent ans 1337 1364
  Carte de la guerre de cent ans 1337-1364 Auteur: Cyberprout CC-by-sa-3.0 [source]


Revenir aux menus : 










Rejoignez l'actualité Carte de France sur Facebook et Google+ :


 






Carte de France | Region | Departement | Ville | Hotel | Partenaires | Mentions légales | Contact